Le retour du Dr Mystério, Doctor Who au pays des super-héros?

Attendu depuis tout juste un an, le retour du Docteur à la TV pour un épisode spécial noël est un événement. Doctor Who, avec ses 53 ans, est devenu depuis sa régénération par BBC Wales une série majeure du paysage britannique. Mais traditionnellement, les épisodes de Noël sont assez anecdotiques et n’ont pas une portée exceptionnelle.

Est-ce que cet épisode fortement ancré dans l’imaginaire américain et ses super-héros est une réussite?

Le Doctor de retour pour Noël.

Le Doctor est de retour pour son 10 ème épisode spécial Noël. Si certains ont été marquants (The Christmas Invasion, The End of Time,  The Time of the Doctor) la tendance est à l’oubli. En effet, ils servent de vitrine pour la série, et ne doivent pas refroidir les téléspectateurs qui n’ont pas suivi la série depuis longtemps. On retrouve souvent un invité propre à attirer de nouveaux spectateurs. Kylie Minogue sur le Titanic dans Voyage of the Damned, ou Catherine Tate dans The Runaway Bride en sont des exemples. Caler un thème de Noël sur l’épisode et Matt Lucas - Nardolepour espérer faire venir les familles. Moffat nous a proposé sa version d’un conte de Noël ou de Narnia.

Ce Noël ne fait pas exception en ce sens qu’il nous propose une aventure hors série. On reprend après la fin de l’épisode de Noël précédent, et en Guest Star on nous propose Matt Lucas en compagnon du Doctor. Matt Lucas, Nardole (clone de Cartman dans le spécial de l’an dernier) rejoint le Doctor après que celui-ci lui ait sauvé la vie, et va l’accompagner pour le lancement de la prochaine saison.

Depuis la disparition de Clara et malgré l’apparition éclair de River Song dans le dernier Noël, le Doctor voyage à nouveau tout seul. Et comme à chaque fois qu’il voyage tout seul suite à un événement tragique, il a besoin d’un déclencheur pour s’intéresser à l’univers à nouveau.

Le Doctor déprime, c’est pas pénible ça pour un épisode de Noël ?

Il y a déjà quatre ans, Moffat nous avait fait le coup du Doctor dépressif à Noël. Matt Smith l’avait joué à merveille, mais l’épisode n’avait été un succès que parce qu’il était accompagné d’une flopée de compagnons.

Steven Moffat aurait pu nous jouer une variation sur le même thème, mais a réussi à changer son fusil d’épaule. Au lieu de se concentrer sur les émotions du Doctor, il en fait un compagnon de luxe pour un autre héros.

Suite à une erreur, le Doctor transforme un gamin mal dans sa peau, petit et fragile en super héros. Il s’agit d’une version très Whovienne du mythe de Superman. Un jeune garçon timide va grandir avec des super pouvoirs, et pendant 24 ans va se cacher derrière ses lunettes. Il est amoureux de Chris, une jeune femme brillante et journaliste à succès. Il va devenir sa baby sitter, tout en sauvant le monde sous le costume du Fantôme la nuit.

24 ans, c’est aussi le temps depuis le dernier traumatisme émotionnel du Doctor. Moffat règle le souci d’un coup de baguette magique plutôt bienvenu. Encore une fois il ne fait pas des miracles pour l’évolution des personnages. Cependant, ce coup-ci on lui pardonnera, il y avait d’autres priorités.

Ainsi, le Doctor se retrouve au second plan, l’histoire de l’épisode est celle de ce couple. La jeune femme est attirée par le héros, et le héros n’ose pas lui avouer son amour en tant qu’humain. Bien évidemment, malgré ses qualités d’enquêtrice, elle est incapable de reconnaître le jeune homme qui s’occupe de sa fille sans ses lunettes.

Doctor Mysterio avec un Doctor en second rôle, ça marche?

Autant le dire tout de suite, on ne tient pas l’épisode parfait. Mais dans le même temps, on tient un épisode qui colle parfaitement à cette fin d’année. Des aliens très méchants qui veulent vider le crâne de nos élites politiques, quoi de plus adapté. Le héros établi n’est pas au centre de l’attention laissant un homme du peuple de sauver le monde, parfait aussi. Une histoire facile à suivre, inscrite dans les mythes fondateurs des super-héros, que demander de plus. De la comédie légère qui marche à plusieurs niveaux? Ca tombe bien, Capaldi et Lucas nous en offrent une bonne dose. On retrouve des références aux anciens docteurs avec le jeu d’acteur de Capaldi. Le script est truffé de blagues offertes par Lucas. Et la comédie physique est omniprésente dans les sous entendus sexuels et les gags tarte à la crème du Fantôme.

En bref, c’est une épisode léger, hors série, qui fait du bien après une année difficile.

Il reste à voir si la saison 10 va être aussi enlevée.  La bande annonce diffusée juste après n’augure que du meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *